Géostatistique pétrolière

Modélisation géométrique

La problématique consiste à interpoler les surfaces qui serviront de limites ou de surface de référence pour les unités en tenant compte de toutes les informations disponibles.

Pour plus d'information, voir aussi ...

Thumbnail Multisurfaces 

Caractérisation de réservoir

Il s'agit ici d'élaborer des méthodes de simulations conditionnelles des variables pétrophysiques (porosité, perméabilité) en accord avec la géologie.

Pour plus d'information, voir aussi ...

Thumbnail PGS 

Ingénierie réservoir

La géostatistique s'applique essentiellement dans le cadre des deux activités principales suivantes:

  • Changement d'échelle pour les perméabilités absolues
  • Partant de perméabilités quasi-ponctuelles (mesures sur carottes), le problème est de calculer une perméabilité équivalente du bloc de simulation d'écoulement au sens de la loi de Darcy. Des travaux ont permis d'aboutir à des recommandations précises sur le choix des méthodes de changement d'échelle : les plus performantes sont celles qui prennent en compte la distribution locale des perméabilités et l'anisotropie du maillage. Pour plus d'information, voir aussi...
  • Inversion des essais de puits

Sismique

L'information sismique est utilisée dans la plupart des étapes précédentes. Elle est souvent traitée comme une variable secondaire qui conditionne la forme d'une surface géologique, la proportion d'un faciès... De plus, on dispose très souvent de peu de puits et d'une bonne couverture sismique. Il est donc important d'incorporer cette dernière dans l'estimation ou les simulations de variables pétrophysiques ou de lithofaciès.

Section sismique

  • Extraction d'informations réservoir à partir de la sismique
    Il s'agit ici d'identifier à l'aide de techniques géostatistiques multivariables les attributs sismiques les mieux corrélés à l'information recherchée (porosité par exemple), puis par des méthodes de type cokrigeage d'estimer celle-ci à partir de ces attributs, en tenant compte du changement de support et de la convolution inhérente au traitement sismique. Pour plus d'information, voir aussi...
  • Traitement des vitesses sismiques

    La migration est classiquement effectuée dans l'hypothèse d'un milieu à vitesse constante; cette hypothèse étant en réalité loin d'être vérifiée, ceci induit une erreur. Les travaux en cours visent à simuler cette erreur qui est évidemment corrélée spatialement. Ces travaux, menés dans le cadre de l'optique géométrique, ont montré qu'il était possible, du moins dans certains cas, d'extraire des informations sur la covariance des vitesses à partir des temps d'arrivée (anisotropie et caractérisation de leur variabilité spatiale). L'estimation des vitesses en tout point de l'espace, à partir de vitesses mesurées au puits et de vitesses sismiques, fait l'objet d'actions de recherches. En parallèle, des études sur les relations statistiques entre vitesse sismique et vitesse de stack ont été entreprises.

    Une technique originale de pointé automatique d'horizons sismiques fondée sur du recalage géostatistique d'images dans le plan (V,t) combiné à de la programmation dynamique a été développée. Voir aussi...
  • Sismique 4D
    Mise en place d'une technique originale d'analyse krigeante pour mettre en évidence et filtrer les artefacts d'acquisition et de traitement entre les sismiques 3D à des temps différents.
  • Séparation des ondes
    La séparation des ondes montantes et des ondes descendantes dans les enregistrements VSP (Vertical Seismic Profiles) en utilisant une technique de filtrage géostatistique. Voir aussi...